Logo CIPS
dimanche 21 octobre 2018
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

Formation de Thérapeute en Psychosomatique relationnelle: A partir de la Psychosomatique relationnelle de l'enfant, de l'adolescent et de l'adulte

 

Contrairement à d’autres formations, celle-ci ne porte pas sur un thème unique mais sur trois champs qui se succèdent dans le temps, l’enfance, l’adolescence et la période adulte. Champs qui doivent être envisagés sous l’angle de la pathologie fonctionnelle aussi bien qu’organique, appartenant à ce qui est convenu d’appeler la psychosomatique. Mais le problème qui se pose alors, est celui de savoir comment aborder, dans leur continuité, ces deux périodes de la vie l’enfance et l’adolescence qui se prolongent dans l‘âge adulte, tout en conservant à la fois leur spécificité et leur unité.

La relation est précisément destinée à répondre à cette question de l’unité dans la mesure où elle constitue avant tout une manière de penser la réalité humaine dans son ensemble. Ceci pose au départ que le psychique est relationnel autant que le somatique, ce qui d’emblée oriente différemment le regard et dispense de s’enfermer dans les apories habituelles quand on commence par postuler deux entités, même séparées, l’âme et le corps, pour s’évertuer en vain à vouloir les réunir après coup.

L’adolescence est une période où l’identité personnelle, en accédant à la généralité, doit se remanier profondément, en fonction des groupes qui se constituent en-dehors de la famille, en continuité ou en rupture. Or l’adolescence dont on parle habituellement s’inscrit dans une société où les images jouent un rôle considérable, en proposant une profusion des modèles identificatoires, de pensée et de sensibilité, dans lesquels s’estompe la différence entre dedans et dehors, privé et public, réel et virtuel, à la faveur d’une fluidité de frontières qui relève d’un nivellement généralisé. Le sujet, ici, se transforme, plus exactement il disparaît parfois même dans une subjectivité sans sujet, laquelle fait dire à un patient adolescent affecté d’une pathologie auto-immune invalidante : « j’ai un moi préfabriqué » !

 Cf. Programme général 

Formation sur 2 ans : Certification de thérapeute en psychosomatique 

Membre Connectez-vous